16 -  Aimants


31  janvier 2022

Puits Noir et rougeJPG

A ce stade de la réflexion, nous avons déterminé les points suivants du puits gravitationnel à savoir

1) l'altimétrie des disques composant le puits gravitationnel (onglet n°6)

2) le diamètre de chacun des disques du puits (onglet n°8)

3) La structure magnétique de chacun des disques avec la prise en compte du nombre d'or (onglet n°9)

4) la réalisation des spirales imbriquées sur chaque disque (onglet n°11)

5) la compréhension des ondes gravitationnelles pour comprendre la suite de l'exposé (onglet n°4)

Il nous faut maintenant développer la partie basse du puits pour l'activation du puits à la demande.

L'activation du puits gravitationnel correspond à la mise en mouvement de la planète Terre dans l'univers. 

Dès le plus jeune âge, on nous inculque le théorème de base que le mouvement perpétuel n'existe pas à cause notamment des frottements en tout genre. 

Si vous regardez la rotation de la Terre, peut on encore maintenir cette affirmation ?

Il nous faut donc trouver la méthode qui permet à la Terre de tourner depuis des millions d'années sur elle même sans apport d'énergie extérieure.

Quand nous aurons mis en oeuvre cette rotation du disque le plus petit, alors nous pourrons entrainer les autres disques grâce à la progression du nombre d'or jusqu'à atteindre la production de la gravité et de l'anti-gravité sur le disque le plus grand.

-----------------------------------------------------------------------------------

Tous les systèmes magnétiques imaginés à ce jour butent sur un problème simple.

On ne peut effectuer un tour complet avec des aimants si on n'apporte pas une énergie extérieure pour passer les diagonales. 

Par contre, il existe un moyen simple de faire circuler un aimant du point A au point B sans apport d'énergie extérieure avec un système très simple et parfaitement vérifiable.

D'ou le dessin Excel ci-dessous avec le V-Gate.

V gate

spirale or et aimants

hj

Pierre du soleil 1

inclinaison terre

D1 spirale aimants

Sur le graphe ci-dessous, on peut visionner les aimants a fixer sur le disque D1 ainsi que sur le puits gravitationnel. 

Les spirales imbriquées décrivent parfaitement la progression du nombre d'or.

On notera la présence de l'axe de l'inclinaison de la Terre (23,5 degrés) sur la base du puits (partie fixe).

En rouge, aimants Nord

En jaune, aimants Sud.

Au centre du puits, aimants Nord et Sud fixés suivant la Chakana.


aimants D1

Champ de torsion 


Merci à Damian MLODZIANKOWSKI 

(Société Mechatronik, à Varsovie en Pologne) 

pour sa contribution au texte ci-dessous 


Bibliographe : https://www.spirit-science.fr/Matiere/phys51_torsi...

À l'Institut de physique de l'Académie des sciences de l'Ukraine, Akimov et son équipe ont établi que les objets dont les dimensions géométriques ont un rapport égal au nombre d'or (1,618 - voir mon article Spirale, mouvement de vie) peuvent être considérés comme des générateurs de champs de torsion. Ils ont étudié particulièrement l'influence de cônes de différentes tailles et proportions sur des processus divers. Les mesures révèlent que l'intensité du champ de torsion varie le long de l'axe du cône. Il est maximum entre 1/3 et 2/3 de la hauteur du cône. (Torsion Field Mechanics: Verification of Non-local Field Effects in Human Biology, D. Yurth, 2000)

Il a été établi que des objets de forme géométrique régulière (cylindres, triangles, pyramides, nid d'abeille) créent une distorsion de l'espace.

Avec ces résultats, on comprend pourquoi certaines formes géométriques sont considérées comme sacrées et sont utilisées comme symboles spirituels puissants. C'est le cas entre autres du cercle, du pentagone, de l'étoile à 5 branches, du double triangle (étoile à 6 branches), de la swastikaconnue de nombreux peuples particulièrement en Inde (croix gammée - c'est-à-dire avec des branches en forme de la lettre grec gamma Γ, symbole récupéré, modifié et détourné par les nazis), du triskel et de bien d'autres.

On comprend également pourquoi les monuments religieux ont des formes particulières (par exemple des coupoles et des dômes) et des proportions particulières.

La forme pyramidale a fait l'objet d'études en laboratoire par Shipov et son équipe ainsi que par le physicien ukrainien V. Krasnoholovets que nous retrouverons plus loin. Il s'est avéré qu'elle engendre des champs de torsion. À l'intérieur, à un tiers de la hauteur de l'axe, se trouve un point de concentration maximale. Cela explique l'utilisation de cette forme dans de nombreuses civilisations anciennes, et particulièrement comme antenne sur des points particuliers de la grille énergétique planétaire (voir mon article Alignements géométriques de lieux sacrés).

compteur.js.php?url=bwiihWQpYq4%3D&df=HV